Lettre
de M. M. S. Dembri,
Ministre des Affaires Etrangères de la République Algérienne Démocratique et Populaire,

adressée le 23 décembre 1995 au

Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération du Royaume du Maroc,
S. E. M. Abdellatif Filali

Monsieur le Premier Ministre,
Ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération,

J'ai pris connaissance avec surprise et quelque étonnement de votre lettre du 20 décembre 1995 dont la teneur et la tonalité ainsi que la publicité qui lui a été donnée, semblent porter en elles une logique malencontreuse de dégradation de la situation dans le Grand Maghreb qui irait à l'encontre des aspirations de tous les peuples de notre région et de la volonté politique commune de leurs dirigeants.

La position de l'Algérie à l'égard de la question du Sahara Occidental est fondée sur des principes et animée par une éthique qui sont inscrits dans la conscience collective du peuple algérien et qui sont largement partagés à l'échelle de la Communauté Internationale. Cette position constante a toujours tendu vers l'expression libre de la volonté souveraine du peuple du Sahara Occidental à travers un référendum d'autodétermination devant se dérouler dans des conditions incontestables de probité et de régularité.

Ma correspondance du 6 décembre 1995 au Président du Conseil de sécurité de l'ONU ne constitue, en aucune manière, un fait inédit, dans la mesure où l'Algérie a exprimé officiellement ses vues à chaque fois qu'elle a eu la conviction qu'une telle démarche de sa part était de nature à favoriser une application saine et rigoureuse du plan de règlement de la question du Sahara Occidental. Vous comprendrez qu'en tant que pays hôte de dizaines de milliers de citoyens sahraouis réfugiés et d'éléments de la MINURSO et qu'au titre des responsabilités que l'Algérie assume en sa qualité d'observateur officiel du processus de mise en oeuvre du plan de règlement, il n'est que naturel que mon Gouvernement souligne l'exigence du plein accord du Royaume du Maroc et du Front Polisario sur toutes les modalités d'application de toutes les composantes du plan. Dès lors, il est parfaitement clair que l'Algérie, dont
l'attachement au plan de règlement élaboré par l'ONU et l'OUA et accepté par les deux parties au conflit du Sahara Occidental est connu et reconnu, continue de soutenir tous les efforts sincères tendant à aplanir les difficultés et à promouvoir la recherche persévérante d'une solution pacifique, juste et durable de ce conflit.

Le lien que votre correspondance établit entre les développements diplomatiques récents de la question du Sahara Occidental et le fonctionnement des instances de l'Union du Maghreb Arabe ne saurait se justifier. Cette Union est un acquis précieux dans la trajectoire historique de nos peuples vers l'accomplissement de leurs destins communs. Même à travers des réalisations imparfaites et des étapes incomplètes, l'UMA est une réalité qu'il convient de mettre à l'abri de tout affaiblissement ou de remise en cause. Il convient de continuer à oeuvrer ensemble pour faire de l'UMA le vecteur d'une vision d'avenir plutôt que le réceptacle des pesanteurs du moment.

La suspension des activités des institutions de l'UMA, même temporaire, que vous demandez dans votre correspondance, ne saurait être bénéfique. Au demeurant, si chacun des Etats Membres de l'Union est en droit d'exercer les prérogatives que lui confère sa qualité de partie au Traité Fondateur, le fonctionnement des institutions de l'Union relève de la responsabilité commune des cinq Etats Membres. Pour ces raisons, j'ai saisi nos collègues de la Jamahirya Arabe Libyenne, de la République Islamique de Mauritanie et de la République Tunisienne de votre requête.

En tout état de cause, connaissant l'engagement des plus hautes autorités du Royaume du Maroc envers le projet maghrébin prometteur, je me dois d'en appeler à votre sens élevé de la responsabilité pour que l'intérêt de peuples maghrébins prévale et soit la référence unique de notre oeuvre commune.

Je vous prie de croire, Monsieur le Premier Ministre, en l'assurance de ma très haute considération.

signé: Mohamed-Salah Dembri


Communiqués,
Western Sahara Homepage